Sans Titre !

Back
GILLES ALTIERI (Né en 1944. Vit et travaille à Toulon, France)
Issue d’une tradition picturale allant de Bram van Velde à Christopher Wool, en passant par Helmut Federle, la peinture de Gilles Altieri suit son chemin sans complaisance. Trouver l’endroit exact où la peinture se tient d’elle-même et opère enfin sa vie propre, tel est le défi que relève Gilles Altieri dans chacune de ses oeuvres. Suivant cette méthode de travail fondée sur la prise de risque et le rôle moteur confié à l’échec, l’artiste réalise des modifications et des reprises permanentes. La peinture se développe ainsi par blocs colorés vigoureusement brossés, mais aussi par couches successives qui laissent parfois apparaître les traces des couches antérieures. Ces strates sont ainsi le témoignage du combat mené par l’artiste face à la toile, de ses choix et décisions, doutes, incertitudes, tâtonnements et retours en arrière. Elles sont aussi ce qui apporte de la matière et de la texture à ses oeuvres, nous montrant ainsi son plaisir chaque fois renouvelé pour le travail de la peinture. Celle-ci traduit la lutte que livre l’artiste entre la nécessaire rigueur de la construction et la spontanéité du geste.

DIDIER DEMOZAY (Né en 1950. Vit et travaille à Draguignan, France)
Le travail artistique de Didier Demozay nous parle avant tout de peinture, par la peinture. Quelques rectangles, carrés, ou lignes, rapidement tracés ou brossés par de larges gestes sur la toile, donnent toute son ampleur à l’œuvre de Didier Demozay. Aussi simple qu’il puisse paraître, le travail de Didier Demozay est en réalité une prise de risque permanente. En effet, des questions simples émergent. Comment faire tenir ensemble, entre attraction et répulsion, une grande forme noire et une plus petite jaune ? A quel moment s’arrêter de peindre pour que l’une ne prenne pas le dessus sur l’autre ? Ces questions de peintres, qui existent depuis des siècles, n’ont pas changé. Et dans une pratique de la peinture assez épurée et minimaliste, Didier Demozay les réactive. Avec le recommencement perpétuel comme mot d’ordre, malgré les échecs inhérents à un si périlleux travail, Didier Demozay recherche à chaque instant ce lieu où tout se tient à la fois en dialogue et en respect.

GERALD THUPINIER (Né en 1950. Vit et travaille à Nice, France)
Les oeuvres de Gérald Thupinier nous donnent à voir une forme de déploiement somme toute assez aléatoire de la peinture à la surface des tableaux. Cet envahissement pictural, qui résulte de nombreux versements et écoulements de différents jus qui s’entremêlent, vient se répandre autour de mots inscrits au préalable – fragments de citations latines ou issues du dialecte sicilien – par l’artiste à l’aide du mélange de plusieurs colles, créant des sortes de bas-reliefs. L’art de Gérald Thupinier se situe toujours ainsi, en équilibre entre l’incontrôlé du développement de la peinture sur les tableaux et les décisions plus maîtrisées de l’artiste telles que ces bribes de phrases ancrées dans le tableau ou encore ces grands coups de racloir apparents que le peintre utilise avec force. Ce caractère que l’on pourrait qualifier d’organique dans la peinture de Gérald Thupinier trouve aussi son prolongement et prend tout son sens dans ses peintures sur papier qui explorent la figure de la feuille de figuier que l’artiste décline en d’infinies variations.
GILLES ALTIERI (Born in 1944. Lives and works in Toulon, France)
From a pictorial tradition ranging from Bram van Velde to Christopher Wool, passing by Helmut Federle, Gilles Altieri's painting runs its course without complacency. The painter’s challenge in every piece of art is to find the exact place where the painting stands by itself and finally operates its own life. Following this work method based on risk taking and using failure as a driving force, the artist carries out permanent modifications and alterations to his work. The paint grows on the canvas with vigorously brushed coloured blocks, but also with successive layers sometimes leaving the traces of the anterior layers. These strata demonstrate the artist's struggle against the canvas, his choices and decisions, doubts, uncertainties, gropings and backwards steps. They also bring material and texture to his pieces, showing us his everlasting and renewed pleasure for the work of painting. A work that reflects the artist's struggle between the necessary rigor of construction and the spontaneity of the gesture.

DIDIER DEMOZAY (Born in 1950. Lives and works in Draguignan, France)
The artistic work of Didier Demozay speaks above all else about painting, through painting. A few rectangles, squares or lines, quickly traced or brushed by broad gestures on the canvas, give full scope to the work of Didier Demozay. As simple as it seems, the work of Didier Demozay is actually a permanent risk-taking. Simple questions emerge: how to hold together, between attraction and repulsion, a large black form and a smaller yellow? At what point do we stop painting so that one does not overtake the other? These painters’ questions, which never ceased to exist, haven’t changed. And in a rather refined and minimalist practice of painting, Didier Demozay reactivates these fundamental questions. With the perpetual recommencement as a watchword, in spite of the failures inherent in such a perilous job, Didier Demozay constantly searches for this place where everything is held in dialogue and respect.

GERALD THUPINIER (Born in 1950. Lives and works in Nice, France)
Gérald Thupinier’s work gives us to see a rather random form of deployment of the paint on the surface of the painting. This pictorial invasion, which results from the pouring and flowing of many different juices that intertwine, is spread by the artist around words - fragments of Latin quotations or derived from the Sicilian dialect - using the mixture of several glues, creating kinds of bas-reliefs. Gérald Thupinier's art is always situated in a balance between the uncontrolled development of paint on paintings and the more controlled decisions of the artist, such as those snippets of sentences rooted in the painting, or those great visible scraper strokes that the painter applies with force. This style, that could be described as organic in Gérald Thupinier's painting also finds its extension, and makes sense, on his paper paintings. The latter, in fact, explore the figure of the fig leaf that the artist declines in infinite variations.